"Trouver en soi le lieu immobile, le foyer intérieur.

A partir de ce centre, de cette ancre élastique,

tous les mouvements sont possibles.

Alors, apprendre la souplesse et devenir polymorphe.

Se porter délibérément tantôt dans telle sphère, tantôt dans telle autre.

 -A la rencontre-

 Devant soi, la forêt.

Y pénétrer, et avancer.

Sans désir de conquête.

Abandonner ce que l’on connaît pour se laisser guider par des repères neufs.

 Ainsi, devenir l’hôte de la forêt.

S’éprouver insecte, oiseau, arbre,

et gommer la division.

Soudain, la clairière ;

cligner des yeux, éblouie.

Un instant, ne plus voir et se laisser impressionner.

-Pause-

 

 Reprendre son souffle et revenir chez soi."

Laurence Verrier, 2006

1/19